La fable du chat et de la tortue qui vivaient sur une moquette

Cette fable n’est pas aussi connue que celle du corbeau et du renard, elle est pourtant bien plus populaire dans nos foyers :

 

Le journal Libération vient de diffuser le communiqué de presse annonçant que «  »Le statut des animaux progresse dans le code civil« .

Très intéressant, pour illustrer cette dépêche de l’AFP qui résonne, pour les animalistes, comme un moyen et une fin aux élevages, abattoirs, pratiques de la corrida, chasse et pêche, le journal Libération a mis en ligne une photographie d’un chat et d’une tortue sur une moquette.

637406--

On suppose que pour Libération, comme pour les animalistes, un animal « doué de sensibilité » s’associe bien avec le concept de l’animal d’agrément, seulement né pour plaire ou faire plaisir à son propriétaire – rappelons que faire plaisir, plaire sont précisément la définition du mot  « agrément ». Ce qui ne signifie donc pas que ces animaux « doués de sensibilité » ont donné leur accord pour vivre sur une moquette.

Les animalistes rétorqueront qu’un animal qui ne travaille pas, un « animal loisir », lui, au moins, n’est pas exploité; seuls (selon eux), les cochons, vaches et autres moutons souffrent et sont « exploités » parce qu’ils ont comme finalité d’être mangés.

Petit parcours, sur la page de l’article, un commentaire plein de bon sens y est posté :

scarecrow 15 Avril 2014 à 18:3

 « En tous cas pour la tortue qui illustre cet article c’est déjà trop tard… manque d’UV, pas de soleil,  vie en appartement ou sur un balcon, pas d’hibernation ou mauvaise hibernation,  alimentation inadéquate  (tomates, salade, boîtes pour chats)  une existence misérable en somme , et hop la maladie dite du « toblerone » dont le symptôme le plus visible est la déformation de la carapace, d’où mauvais « logement » des organes internes (surtout les poumons) .. ».

Bien sûr, me direz-vous, tous les animalistes ne sont pas favorables aux NAC, la tortue appartenant bien à cette  catégorie. J’ajouterais que  détenir un chat en appartement, c’est aussi un crime. Même punition pour les chiens qui passent la majorité de leur journée enfermés, certains ayant seulement le « loisir » d’uriner et déféquer sur un bout de balcon en attendant le retour au « foyer » de leur cher maître qui lui, au moins a la décence de ne pas manger du  chien – ouf ! ça va, alors !

Pas d’inquiétude, le statut des animaux d’agrément ne va pas « progresser » car ils sont la chasse gardée des animalistes et une pompe à fric, comme un outil de propagande et de manipulation émotionnelle indispensables aux organisations animalistes  dites « à but non lucratif »… tu parles, Charles ou plutôt Caroline !

 

Publicités

À propos de Michelle Julien

Essayiste, documentariste

Publié le avril 15, 2014, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :