Pendant la période des fêtes, les animalistes s’en prennent – encore – aux femmes

On n’avait pas déjà assez de la publicité et de la culture populaire en général pour exhiber, instrumentaliser et animaliser le corps des femmes – mais les animalistes doivent aussi faire buzzer leur « cause »… avec les mêmes ficelles que les autres.

Des scénettes malsaines, et que semblent affrioler les militants – surtout militantes – à qui les organisateurs ont rabâchés : « Ce que tu fais, c’est RIEN en comparaison à la souffrance des animaux !!!! ». Ne cherchez pas, ce ne sont jamais ces mêmes organisateurs qui se mettent en scène agenouillés dans une cage ou allongés sur une assiette…

Scénette à Barcelone par Animal Naturalis, association déjà citée dans un précédent billet.

De la chair d’animale femme comme substitut aux animaux

Une femme punit par péché de gourmandise – associations Droits des Animaux (France) et SPA.

Pourquoi reste-t-elle complaisamment maltraitée – agenouillée passivement, le regard dans le vide ? Pourquoi n’a-t-elle pas la dignité de se (re)lever, d’attraper avec la main le tuyau de l’entonnoir et, pourquoi pas, filer un coup de poing à son « tortionnaire », comme n’importe quel animal homme le ferait ? Parce que c’est une « animaliste » – et chez les animalistes, le statut de la femme est d’être l’égale des oies à gaver… Je vous invite à lire les commentaires de mes intervenants au sujet de ce genre de scénettes, dans mon ouvrage Des souris et des salopes.
On demande aux femmes de « réagir » et de se « mettre à la place » de l’animal, l’homme ne se sent jamais concerné – comme la plupart des passants que ces animalistes rendent « spectateurs/voyeurs ».

Publicités

À propos de Michelle Julien

Essayiste, documentariste

Publié le décembre 18, 2011, dans Représentation Femmes/Animaux, Représentation Hommes/Femmes. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Mouais… Pas convaincu… C’est un peu tordu comme raisonnement… Mais parfait pour la promotion de votre livre.
    Ca va faire 2 ans que je milite au sein de nea (sur la photo, le méchant animal homme, c’est moi). L’action contre le foie gras est la seule réalisée où une femme est en situation « difficile ». Nos autres actions (barquettes, animaux dans les labos…) ont toutes été effectuées par des hommes. Vous pouvez vérifier sur notre blog, les photos en témoignent.
    Ici => nea.eklablog.com
    Nous nous attendions à ce genre de remarques…
    La femme gavée était consciente de tout cela. Elle a justement remarqué : « Si, parce que je suis une femme, je ne peux pas m’investir directement dans une action sans passer pour une petite sotte manipulée par les hommes, je fais quoi ? Je reste chez moi ? M…e ! Je ne suis pas une victime ! ».
    Vous ne vous êtes pas dit que cette action, tout particulièrement, pouvait également dénoncer les violences faites aux femmes par les hommes ? Nous, si.

    • >>> Mouais… Pas convaincu… C’est un peu tordu comme raisonnement… Mais parfait pour la promotion de votre livre.

      je connais très bien la communication des animalistes… depuis bien plus longtemps que deux ans et en effet – j’ai écrit un livre sur ce thème. Vous êtes ici sur mon blog perso et j’ai quand même le droit d’exprimer mon opinion à travers l’écriture de courts billets d’humeur et faire référence à mon livre ! Car dans mon livre, j’évoque justement cette saynète de rue d’une femme dans une posture animalisée et « gavée » comme les oies.

      >>>Vous ne vous êtes pas dit que cette action, tout particulièrement, pouvait également dénoncer les violences faites aux femmes par les hommes ?

      Depuis quand vous vous intéressez aux violences faites aux femmes, maintenant ?! Vous croyez qu’en les mettant en scène à quatre pattes, un entonnoir dans la « gueule », ça aide la cause des femmes… et des animaux ? ! Franchement, de qui se moque-t-on ! Votre seule et unique motivation est d’attirer le regard voyeur des médias qui recherchent le « coup facile » comme ils le disent eux-mêmes, le visuel « choc ». Du spectacle, en résumé. D’ailleurs, ce que vous faites, c’est du « spectacle » et non pas une « action » ! Et pointer du doigt les femmes, les traiter « comme » des animaux pour choquer, est aussi une tactique maintes fois utilisée dans la publicité.

      Faux, il n’y a pas de dénonciation de la violence des hommes envers les femmes, mais bien reproduction pornographique de la femme passivement violentée dans le genre « la salope, elle a bien méritée ce qui lui arrive » – Et ce type d’imagerie plaît justement à beaucoup d’hommes. Les gens ne ressentent pas d’empathie ni compassion pour cette femme, similairement à la communication animaliste dans la stigmatisation systématique des femmes qui se maquillent – et cette fois-ci, je vais encore écrire que je fais une nouvelle référence à mon ouvrage. En revanche, si vous montrez une affiche d’une femme avec le visage tuméfié à cause d’une violence masculine, encore faut-il que la communication ne laisse place à aucune ambiguïté – là, oui en effet, les gens ressentent de la compassion pour cette femme et de la colère envers l’homme qui aurait la lâcheté de le faire subir cette violence physique.

      je n’ai jamais dis aux femmes animalistes de « rester chez elles » – mais c’est bien ce que vous exprimez en substance lorsque vous prétendez finalement que toutes les femmes sont de petites créatures victimes de la violence masculine… vaudrait alors mieux qu’elles restent chez elles, les « pauvres » créatures à « protéger ». Vous exprimez un autre stéréotype sociétal : toutes les femmes sont potentiellement « victimes » des hommes. Je ne suis pas d’accord avec cette victimisation des femmes car c’est bien les enfermer dans un carcan : on devient ce que la société veut ou nous rabâche ce que l’on doit être : homme violent, femme victime.

      Concernant vos saynètes de barquettes humaines, on est encore dans du spectacle, et je défie quiconque de comprendre quoi que ce soit par rapport aux animaux, d’autant plus que la viande animale… devient chair quand justement l’animal a perdu toute identité : plus de tête, un corps morcelé et sans peau.

      Désolée Franck, mais je continuerai à m’exprimer, à penser avec ma tête, réfléchir, écrire des billets… même si pour les animalistes, les femmes sont des « corps » animaux, comme les autres. J’ai une grande estime des femmes et des animaux, et c’est pour cette raison que je ne les réduis pas à l’état de corps ou de pauvres créatures sans défense car c’est bien méconnaître les animaux tels les vaches et les cochons de les réduire à l’état de créatures faibles ! – Même chose, pour les femmes.

      Quant à la militante animaliste qui se plaint qu’on lui reproche d’être une sotte manipulée par des hommes, je l’invite à lire mon ouvrage et elle comprendra, que je sache… la saynète de la femme en habit de fêtes « gavée » vient de Peta, et Peta est dirigée par une femme. Toutefois, il est vrai que dans le milieu animaliste, les femmes sont mises en minorité – malgré leur majorité numérique – et servent de chair à « spectacle » tandis que les valeurs « masculines » de « bravoure » sont glorifiées : les théoriciens/penseurs animalistes, les autoproclamés héros, les prêcheurs sermonneurs qui nous rabâchent des « discours les plus importants de notre vie » etc

      Je n’ai pas le temps d’écrire plus longtemps, mais c’est un sujet certainement à développer.

  2. Vous êtes ici sur mon blog perso et j’ai quand même le droit d’exprimer mon opinion à travers l’écriture de courts billets d’humeur et faire référence à mon livre !
    Vous mettez une photo de nous, vous nous « attaquez », je demande juste un droit de réponse.

    « Depuis quand vous vous intéressez aux violences faites aux femmes, maintenant ?! »
    On se connait ?

    « D’ailleurs, ce que vous faites, c’est du « spectacle » et non pas une « action » ! Et pointer du doigt les femmes, les traiter « comme » des animaux pour choquer, est aussi une tactique maintes fois utilisée dans la publicité.  »
    Comme dit dans mon message précédent, la majorité de nos action sont effectuées par des hommes.

    « En revanche, si vous montrez une affiche d’une femme avec le visage tuméfié à cause d’une violence masculine, encore faut-il que la communication ne laisse place à aucune ambiguïté – là, oui en effet, les gens ressentent de la compassion pour cette femme et de la colère envers l’homme qui aurait la lâcheté de le faire subir cette violence physique. »
    Cela ne se voit peut être pas sur la photo, mais la femme dans la cage était « ammochée ». Peut être pas assez…

    « Peta est dirigée par une femme »
    nea aussi ! Tout s’explique !

    Cordialement,

    f.

  3. >> Vous mettez une photo de nous, vous nous “attaquez”, je demande juste un droit de réponse.

    Si vous voulez, je floute votre visage mais ce visage apparait en long et large sur un site de presse en ligne et les communiqués de l’asso Droits des animaux – qui d’ailleurs ne cite pas votre association nea, cela dit en passant – … Vous avez un droit de réponse, mais me reprocher de « faire de la pub » pour mon livre, sur mon blog personnel… Si j’ai même plus le droit de faire référence à mes ouvrages, d’autant plus que cette saynète a fait l’objet d’un chapitre – avec d’autres visuels animalistes étudiés !

    >> Comme dit dans mon message précédent, la majorité de nos action sont effectuées par des hommes.

    Vous avez raison. L’action par les hommes. Le spectacle par les femmes…

    >> Cela ne se voit peut être pas sur la photo, mais la femme dans la cage était “amochée”. Peut être pas assez…

    Je parle de communication sans ambiguïté, et je ne demande pas que les femmes soient amochées par les hommes dans la communication animaliste ! Ce que l’on comprend de cette saynète – que je répète malsaine : une femme fait quelque chose de « mal » – si l’on considère que manger du foie gras soit mal – et se retrouve « punie ». Il lui arrive donc ce qui arrive aux animaux dont elle a mangé le foie. Le vice est poussé à l’avoir mise dans une posture diminuée et entourée d’un grillage. Je ne vois pas comment vous osez défendre le fait que l’on ait envie de s’identifier ou d’éprouver de l’empathie (ce qui arrive quand on voit le visage d’une femme tuméfiée à cause de la violence d’un conjoint) vis à vis de cette « sotte » qui subit passivement, la « gueule » ouverte. Et comment les hommes réagissent à ce type de saynète, vous y avez pensé ? A part éprouver une certaine jouissance chez certains d’entre eux, adeptes d’imageries pornographiques de femmes généralement mises en scène dans une posture passive/humiliée.

    >>>“Peta est dirigée par une femme”
    nea aussi ! Tout s’explique !

    OUi, là est bien le drame. Le milieu animaliste fonctionne de la même manière que la société, par domination masculine – malgré le fait que les femmes sont très largement majoritaires. Vous devriez lire ce qui est écrit sur Peta et sa présidente, dans mon ouvrage et vous comprendriez que les femmes peuvent exercer autant d’hostilité que les hommes envers les autres femmes. Les femmes – particulièrement lorsqu’elles ont un certain pouvoir ou/et appartiennent à la classe dominante/privilégiée – savent bien reproduire le comportement masculin (une valeur masculine tjs valorisée/valorisante dans une société de domination masculine) à l’encontre des autres femmes.

    En animalisant les femmes, en les réduisant à des corps, vous ne faites que reproduire un stéréotype créé par notre société de domination masculine – et je vous rappelle qu’enfermer des individus dans des stéréotypes, c’est de la discrimination.

    Je continuerai à critiquer la communication des animalistes, mais il va de soit que vous aurez aussi un droit de réponse sur mon blog – à condition qu’il puisse y avoir un dialogue, comme cela est le cas avec vous, et non de la simple animosité, comme ce fut le cas avec d’autres de vos militants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :